Officiel 21.05.07 . 00:00
Mise à jour13.02.18 . 10:48

Conférence de presse : « Import Export »

Conf Import2

Conf Import2 © AFP

A l’occasion de la présentation en Compétition de Import Export, l’équipe du film a répondu aux questions des journalistes. Etaient présents lors de la conférence de presse : le réalisateur Ulrich Seidl, les acteurs Paul Hofmann et Michael Thomas, l’actrice Ekateryna Rak, les chefs-opérateurs Ed Lachman et Wolfgang Thaler et la scénariste Veronika Franz. Extraits choisis.

Ulrich Seidl sur la notion de limites : « A priori, il n’y a pas de limites. Les limites, on ne peut les fixer que dans la situation dans laquelle on se trouve, et on se les fixe soi-même. En tant que réalisateur, j’ai eu une responsabilité vis-à-vis de gens qui travaillent avec moi, qui sont devant la caméra, je dois leur laisser leur dignité, et je dois savoir jusqu’où je peux aller, ce que je peux exiger d’eux ou ce que je ne peux plus exiger d’eux. C’est ma propre responsabilité, mais pour cela il n’y a pas de limites. »

Ulrich Seidl sur la place des acteurs : « Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un film, et que les acteurs savent exactement quelle intention il y a derrière la scène qu’ils tournent. Mais nous travaillons quand même avec l’improvisation, la spontanéité, et il reste beaucoup de choses non décidées à l’avance. Mais lorsqu’on décide de commencer ce travail, je détermine un objectif avec mes acteurs. Je ne pense donc pas qu’on puisse parler d’exploitation de mes acteurs. »

Michael Thomas sur le plaisir de jouer avec ses propres limites : « Nous sommes allés aux limites. Nous savions évidemment que tel était le propos d’Ulrich, et ça a été un travail formidable, source de beaucoup de plaisir. En tant qu’acteur, on aime aller jusqu’à la limite, jusqu’à sa limite. Et vraiment Ulrich nous en a donné la possibilité. »

Ulrich Seidl sur l’humour : « J’essaie toujours de mettre un peu d’humour dans mes films, et je crois que l’humour est très important dans la vie pour supporter beaucoup de choses. Dans mon film, si on peut rire, c’est ce que je veux. Et j’essaie toujours de trouver un compromis entre la comédie et la tragédie. Parfois j’y arrive, parfois non. »

Photo Copyright AFP



Le même jour

Partager

Séparez les adresses par des virgules * *Champs obligatoires

Tournez votre smartphone pour accéder au site